Quaternion, spécialiste architecture éphémère et gridshell - Items filtered by date: July 2017
Friday, 28 July 2017 10:37

Architecture et Expos Universelles

 Quel rôle pour nos architectures dans une exposition universelle ?

 L'exposition universelle est un événement qui a été créé au 19e siècle pour présenter les réalisations industrielles des différentes nations. La première exposition universelle s'est déroulée à Londres en 1851.

C’est en 1867 que les pays ont pour la première fois disposé de pavillons nationaux au sein des expositions. Depuis, les différents pays n'ont cessé de mettre en avant leur nation en présentant des architectures ou des œuvres typiques de l’esprit et de la culture de leur pays. Par exemple, la Tour Eiffel, qui a été construite pour l’exposition universelle de 1889 à Paris, est à un symbole architectural pour la France, qui est un des premiers pays à connaître la révolution industrielle. De cette manière, la France a montré son progrès technique et industriel en exposant un très grand monument entièrement conçu en fer. Ainsi le but est de léguer une expérience culturelle, sociale, scientifique et technologique.

L’architecture et l’exposition universelle

Lors d’une exposition, en laissant libre cours à une expression architecturale et artistique signifiante de la thématique abordée, l’architecture éphémère apporte une personnalisation et une adaptation de l’architecture pour refléter au mieux une culture, une manière de penser et de vivre. En créant un cadre original et inédit, l’architecture éphémère cherche également à partager une expérience unique et à faire passer un certain message. Par exemple, lors de la toute première exposition universelle de 1851 à Londres, le Royaume-Uni a accueilli les exposants dans le Crystal Palace, construit spécialement pour l’événement. Avec ce monument en fer témoignant de son avancée industrielle, le Royaume-Uni a montré sa vision du monde, centrée sur le développement de la production industrielle et des échanges commerciaux. Le message de cette architecture est alors clair : il s’agissait de promouvoir le libre-échange. Ainsi, dans un environnement nouveau et une atmosphère particulière, les utilisateurs, même de manière inconsciente, sont marqués par ce qui les a entourés et se souviendront longtemps du message qu’ils ont perçu lors de leur expérience. De plus, à long terme de nombreuses réalisations présentées à l’occasion des expositions universelles sont devenues par la suite des symboles pour les villes qui les ont accueillies : la Tour Eiffel à Paris, l'Atomium à Bruxelles, le Space Needle à Seattle ou encore la Biosphère à Montréal.

Quel rôle pour Ekilaya 

L’architecture d’Ekilaya prend alors le rôle du messager, qui transmet une histoire, une culture et une manière de penser à ses utilisateurs. En personnalisant l’architecture, il est possible de créer une atmosphère particulière pour transmettre une certaine expérience et de créer un lieu unique fidèle à la thématique de l’exposition. Et cette expérience inédite restera longtemps gravée dans les mémoires.

Ekilaya saura aussi représenter l’innovation, thème important des expositions universelles, puisqu’elle se situe entre la logique industrielle et la logique de personnalisation, logique qui revient au goût du jour avec l’entrée dans l’ère du numérique.

Published in Actualités
Monday, 24 July 2017 10:32

L'AGENCE

L'AGENCE

 
 Nous assistons tous les jours à l’évolution de nos pratiques, de nos modes de vies et de consommation. Chaque jour de nouveaux lieux se créent, quand d’autres disparaissent.
Les scénarios d’usages conventionnels des bâtiments sont bouleversés. Comment l’architecture peut-elle suivre ces changements permanents ?
Au centre de cette question, nous plaçons la notion d’adaptabilité.
S’adapter au lieu, l’architecture devient éphémère, elle peut être amené à disparaître.
S’adapter au temps, elle peut se transformer en réponse à des pratiques nouvelles.
S’adapter aux utilisateurs, elle s’enrichit par les expériences et les interactions.
Quaternion se construit autour de cette question et développe des systèmes constructifs légers et éphémères pouvant accueillir une variété d’usages. Nous inscrivons notre démarche dans une recherche permanente pour développer nos propres outils, en lien avec de nombreux partenaires, ingénieurs, charpentiers, et industriels.
 

L'EQUIPE

 

 Simon Hulin et Mathieu Sudres sont deux jeunes architectes, avec chacun un parcours qui les a conduits a développer leu propre sensibilité.
Les deux années de master sont l’occasion pour Simon d’approfondir sa connaissance des outils numériques de conception et de fabrication à l’École d’Architecture de Grenoble et pour Mathieu d’approfondir la connaissance des structures bois et des outils numériques à l’université technologique de Tampere en Finlande.
La convergence des points de vue sur l’architecture et la complémentarité de nos deux parcours a permis d’imaginer Quaternion. Quaternion est née à travers deux projets mettant en avant le potentiel des outils numériques appliqués à l’architecture temporaire. Le concours du fablab festival en 2015, qui a permis de démontrer la capacité des outils numériques à générer une architecture unique et non standard à faible coût. Puis la création du pavillon de Futurapolis en novembre 2015 qui a mis en avant l’appropriation des outils numériques par le grand public pour la conception et le design.


En juin 2016, deux nouvelles réalisations sont construites à partir des structures Gridshell à Toulouse et Montpellier.
Quaternion poursuit un travail de recherche et de développement intense sur l’architecture éphémère, appuyé par de nombreux partenaires industriels, bureau d’étude et laboratoire.

 

 

 

 

Published in Uncategorised